Jacques Nolet (1944-2017)

Jacques Nolet lors du lancement de son livre Historique du bureau postal de Saint-Jean-sur-Richelieu en 2017

Jacques Nolet nous a quitté le 7 décembre 2017 sans crier gare, s’éclipsant à l’improviste comme à son habitude. Il a eu une vie bien remplie puisqu’il était à la fois prêtre, philatéliste, professeur, historien, chercheur et écrivain. Il était membre de l’Académie québécoise de philatélie (AQEP) depuis 1982 et fellow de la Société royale de philatélie du Canada depuis 2004. Sa foi religieuse, sa première passion, l’emmena de Trois-Rivières à Montréal où il fut ordonné prêtre en 1970. Une fois entré dans les Ordres, il débuta sa carrière ecclésiastique comme vicaire dans une paroisse ouvrière, mais fut bientôt obligé d’aller sur le marché du travail pour y gagner son pain. D’abord travailleur social auprès des défavorisés, il devint enseignant au Collège Notre-Dame de Montréal où il dispensa les cours d’histoire pendant plus de trente ans.

Cette discipline devint rapidement sa deuxième passion : l’histoire du monde, de l’Occident et surtout celle du Québec accaparèrent ses énergies. Pendant sa vie active, Jacques fera de l’enseignement sa vocation et mettra tout en œuvre pour inculquer à ses étudiants les rudiments d’une véritable conscience historique.

Jacques était habité par une troisième passion : la philatélie. Il se considérait comme un adepte inconditionnel du timbre-poste depuis ses plus lointains souvenirs. Il disait qu’il avait été envoûté par ces petits rectangles de papier qui ne cessaient de le fasciner par les histoires merveilleuses qu’ils étaient en mesure de lui raconter. Guidé par sa formation d’historien, il se mit à l’étude de l’histoire postale ancienne et du développement de la poste coloniale dans l’Amérique du Nord britannique, plus particulièrement au Québec.

Bourreau de travail, Jacques Nolet fut un auteur prolifique qui avait toujours quelque chose à publier. Des articles signés de sa main virent le jour dans les divers fascicules (baptisés « Opus ») produits par l’AQEP ainsi que dans Philatélie Québec, The Canadian Philatelist et d’autres revues à caractère philatélique. Il a également publié plusieurs ouvrages faisant état de ses recherches sur l’histoire des bureaux de poste du Québec.

L’œuvre monumentale que laisse Jacques Nolet derrière lui le révèle à la fois comme un précurseur et un visionnaire. Ce spécialiste incontesté de l’histoire postale québécoise laisse en héritage aux philatélistes d’ici et d’ailleurs des études détaillées et une série d’écrits remarquablement documentés.

Son départ, aussi soudain qu’inattendu nous laisse orphelins. S’il y avait un prix Nobel pour la philatélie, Jacques figurerait à coup sûr parmi les candidats. Quant à la canonisation, le dossier se trouve déjà entre les mains du Saint-Père. – Jean-Charles Morin

Prestations de Jacques Nolet à l’Académie

Conférences :

  • Le tribut postal à un maréchal de France – Jean de Lattre de Tassigny (21 décembre 1982)
  • Champlain, sa ville, son histoire (20 novembre 1983)
  • Un timbre pour La Vérendrye: réunion heureuse d’un peintre et d’un sculpteur (20 octobre 1984)
  • La fabrication du timbre-poste gravé au Canada pour les années 1950-1970 (16 juin 1986)
  • Les maîtres de poste de Montréal de 1763 à 1871 (26 octobre 1991)
  • Les marques postales rectilignes de Trois-Rivières, 1782-1827 (19 juin 1993)
  • Les maîtres de poste de Québec, 1763-1930 (21 octobre 1995)
  • La série courante de Madagascar, 1945-1955 (20 novembre 1999)
  • Histoire postale de Sherbrooke (20 octobre 2001)

Les Cahiers de l’Académie :

Autres publications (périodique, numéro, année)

BHPM: Bulletin d’histoire postale et de marcophilie, PQ: Philatélie Québec

Chroniques

Articles

%d blogueurs aiment cette page :